Informations de voyage : COVID-19, En savoir plus

Détendez-vous dans un cadre élégant au Raffles Hotel Le Royal

Faites défiler pour parcourir
 

Raffles Hotel Le Royal

Imposante fusion des styles khmer, Art déco et colonial français, l’hôtel Le Royal a ouvert ses somptueuses portes pour la première fois en 1929. En 1997, il a été réinauguré sous le nom de Raffles Hotel Le Royal après de vastes travaux d’agrandissement et de rénovation. Pour protéger cette pièce de l’héritage cambodgien, des artisans locaux ont été chargés de recréer les peintures au plafond, les crêtes décoratives en cuivre martelé et les sculptures extérieures.

Le Raffles Hotel Le Royal est construit autour d’une cour centrale privée avec deux piscines entourées d’un jardin tropical bordé de frangipaniers.

Raffles fait partie intégrante de l’histoire de Phnom Penh. Ce bâtiment se dresse depuis 90 ans et ses murs reflètent les diverses époques dont il a été témoin. S’il honore son passé, l’hôtel n’en embrasse pas moins l’avenir dynamique de la ville en continuant à occuper une place centrale sur la scène sociale et professionnelle de la capitale.

1929

L’inauguration officielle, à laquelle ont assisté Sa Majesté Sisowath Monivong (dates de règne : 1927 à 1941) et une kyrielle d’expatriés, a eu lieu le 20 novembre 1929 au soir. Au menu de la soirée figuraient un somptueux buffet, de la danse et des spectacles, et la présence d’un orchestre venu spécialement de Saigon. Entre 1929 et 1931, M.L.F. de la Pousardière se trouvait à la direction de l’hôtel. Le 22 décembre 1931, L’Echo du Cambodge a annoncé le départ de M. de la Pousardière et l’arrivée de Jean Baluteig à la direction du Royal.

1930

En 1930, nous envisagions d’ouvrir une boutique dans l’hôtel, qui commercialiserait et ferait la promotion d’objets artisanaux khmers traditionnels. À cette époque, le musée fonctionnait activement et contribuait à la formation, au soutien et à la commercialisation des arts cambodgiens traditionnels. Il est rafraîchissant de lire dans dans un article intitulé « Beaux-Arts fragiles » de Fables (1998, vol. 3), une publication internationale de Raffles, que l’hôtel cherchait à restaurer ce lien avec les artistes de cette institution, désormais connue sous le nom de Royal University of Fine Arts.

1936

L’idole Charlie Chaplin, accompagné de sa co-star des « Temps modernes », Paulette Goddard, visita Phnom Penh en avril 1936, avant de rejoindre Angkor. Ils séjournèrent au Royal en compagnie de la mère de Paulette, Mme Goddard, ainsi que d’un valet et secrétaire japonais.

1957

En plus des chambres situées aux étages supérieurs du bâtiment principal, 30 chambres bungalow et 6 studios étaient alors disponibles. Les bungalows étaient installés sur les côtés et à l’arrière de l’établissement. L’architecte Henri Chatel fut chargé des travaux d’agrandissement et d’amélioration, qui se déroulèrent entre 1957 et 1958. Il ajouta des studios bungalows, un restaurant extérieur appelé Le Cyrène (The Water Nymph), une piscine et une terrasse, et transforma le hall d’entrée et le mobilier. Les suites studio se composaient de groupes de chambres sur deux étages, à l’ouest et à l’est du foyer principal (qui accueille à présent le restaurant Le Royal et l’arcade commerciale de l’hôtel).

1965

Fin 1965, Le Royal proposait des chambres simples climatisées avec baignoire pour 465 riels (en avril 1966, un dollar américain vous permettait d’acheter 35 riels), mais des taux de change spéciaux étaient appliqués à l’hôtel Le Royal, au Grand Hotel d’Angkor à Siem Reap et dans d’autres établissements. Ces taux favorables rendaient les hôtels beaucoup plus compétitifs.

1970

Maintenu à flot par le régime de Sihanouk, le pays connut une explosion du tourisme au début des années 1970, qui se termina brutalement avec l’arrivée de Lon Nol (1970-75) et le régime ultérieur de Pol Pot, débarqué au pouvoir en avril 1975. Son règne de folie allait durer trois ans, huit mois et vingt jours, et fut marqué par une famine massive et un génocide. Au cours de ses 48 premières heures au pouvoir, il fit évacuer Phnom Penh, qui resta pratiquement inoccupée jusqu’en 1979.

1980

Après la chute des Khmers rouges, l’hôtel rouvrit en 1980 sous le nom d’« Hôtel Samakki » (Hôtel de la solidarité) et les organismes d’aide internationale prirent la relève. De la même manière, le personnel de l’UNTAC occupa l’établissement au début des années 1990, lors de la venue des Nations Unies au Cambodge.

1996

Une seconde vie fut donnée à l’hôtel lorsque les rénovations commencèrent en mai 1996 sous la supervision de Raffles International Limited. Les bungalows environnants furent démolis et remplacés par trois nouvelles ailes plus importantes. Le bâtiment principal fut laissé intact et complètement remis à neuf. La capacité et les fonctions de l’hôtel furent considérablement étendues et améliorées, une nécessité pour ce qui deviendrait une nouvelle destination hôtelière d’envergue en Asie du Sud-Est.

1997

Après ces travaux de rénovation importants, le Raffles Hotel Le Royal rouvrit ses portes le 24 novembre 1997. Avec près de 90 ans d’histoire à son actif, il reste le plus prestigieux hôtel de Phnom Penh.


Raffles Hotel Le Royal

Un service légendaire depuis 1887. Notre réputation est internationale.

Raffles Hotel Le Royal
Un hôtel historique aux traditions intemporelles.

TripAdvisor

« Certificat d’Excellence »

2017

TripAdvisor

« Travellers’ Choice - Meilleurs hôtels, Cambodge »

2017

Travelers’ Choice Trip Advisor - Meilleurs hôtels, Cambodge